Nigeria: 133 lycéens kidnappés par des hommes armés dans l’État de Kaduna

In this video grab made on January 15, 2018 from a video released the same day by Islamist militants group Boko Haram shows Boko Haram factional leader Abubakar Shekau making a sermon. - The new video shows at least 14 of the schoolgirls abducted from the northeast Nigerian town of Chibok in April 2014. The jihadists seized 276 students from the Government Girls Secondary School in the mostly Christian town in Borno state on April 14, 2014, triggering global condemnation. (Photo by Handout / BOKO HARAM / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / BOKO HARAM" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Au Nigeria, un nouvel enlèvement de lycéens a frappé l’État de Kaduna, dans le centre du pays. Selon nos informations, ce sont 133 élèves qui ont été kidnappés dans la nuit de dimanche à ce lundi 5 juillet. Des centaines de femmes ont manifesté, dimanche, pour protester contre le manque de protection de l’État.

Vers deux heures du matin dans la nuit de dimanche à lundi, plusieurs hommes armés ont escaladé les grilles du pensionnat du lycée baptiste Bethel Secondary School. 180 lycéens âgés de 12 à 18 ans y étaient scolarisés et étaient en pleine période d’examens.

Une fois à l’intérieur, les ravisseurs ont tiré un peu partout et rassemblé les enfants ainsi que le personnel dans la cour de l’établissement. Il y a eu ensuite un échange de tirs avec des membres de la sécurité chargée de protéger l’établissement, mais plusieurs d’entre eux ont été blessés et les assaillants ont pu partir avec la majorité des élèves.

Selon le vice-président de l’école que nous avons pu joindre, 26 adolescents ont alors profité de la confusion pour s’échapper. Il affirme donc que ce sont en tout 133 jeunes adolescents, garçons et filles, qui ont disparu.

Lundi après-midi, selon les médias locaux, des centaines de femmes dont des parents d’élèves de l’école Bethel, ont bloqué la route reliant Kaduna – la capitale de l’État – au sud de la province, pour protester contre les enlèvements incessants de leurs enfants. Elles ont dénoncé le manque de protection des autorités vis à vis des étudiants du pays et réclamé que les bandits qui opèrent les enlèvements soient arrêtés.

Les attaques de ce type se multiplient au Nigeria ces derniers mois, plus de 1 000 enfants ont été enlevés depuis le mois de décembre dernier. La plupart du temps l’objectif est d’obtenir une rançon sous la menace d’exécuter les étudiants capturés, mais le gouverneur de l’État de Kaduna est connu pour refuser tout type de transactions avec les bandits qui opèrent ces enlèvements.

Rfi.fr