Boke/ La direction de L’EDG de Boké à l’abandon totale.

La direction de la société de l’eléctricité de Guinée( EDG) de Boké, située dans le quartier koulifanya garde toujours les traces de la colère noire des citoyens de la commune urbaine. C’était en janvier février 2017, que les locaux de cette entreprise d’Etat avaient été attaqué par une foule très en colère, alors que les manifestants réclamaient la déserte du courant électrique dans les foyers.

Presque 4 ans après les faits, la direction régionale de L’EDG se trouve incapable de réparer ces traces. Implanté dans le centre urbain sur la nationale numéro 3, elle à toutes ces fenêtres en vitrines gâtés.

Aujourd’hui de nombreuses personnes se pose la question de savoir pourquoi ce édifice bâti sur une surface propice garde toujours ces mêmes images après plusieurs années.

<< Pas facile de bénéficier un bien, mais on détruit ce qui est déjà acquis. Cependant la grève peut se passer sans rien casser >> regrette un observateur et acteur de la société civile.

Plus loin d’autres soutiennent que << Çà été détruite à cause de certaines faiblesses, nottament le manque de courant. Et ces faiblesses sont toujours là et qu’il faut donc combattre >>.

Aujourd’hui, la plupart des quartiers du centre urbain ont le courant mais de façon rotatoire, et d’autres n’en n’ont même pas, c’est le cas de guillèrè, djoumaya, madina kébégna et tant d’autres localité.

Mais pour beaucoup d’observateurs, la véritable solution de l’électrification de la zone minière reste la construction d’un micro barrage.

Et selon nos informations, malgré les coupures intempestives du courant électrique, la caisse de la comptabilité de la direction d’EDG de Boké mobiliserait chaque année plus d’un milliards de francs guinéens.

Alpha Oumar Compo